Jean François VEILLARD

Peintre
J-F Veillard 
 
J-F Veillard  
 

Jean François VEILLARD

Bavarde, démonstrative, colorée, l'iconologie de Jean François Veillard joue sur le registre d'une inspiration toujours à la recherche de l'insolite insolence. Comme dans l'imaginaire de l'enfant, l'assemblage des éléments épars engendre un microcosme symbolique très personnel. Sensations agressives, peurs incontrôlables, rires étranges, une gestualité éloquente et efficace, recherche du plaisir. La réalité se mire dans le miroir déformant de l'imagination de l'artiste. Ici, tout est possible, tout est permis. Une fantasmagorie complexe. On descelle des tensions instinctives personnifiées. La peinture intéresse l'artiste que dans la mesure où elle obéit le mieux aux propositions les plus loufoques de son imaginaire et non pas forcément à une exigence picturale précise. Il n'est pas question pour lui d'imiter la réalité... Les couleurs les plus vives haussent les images à un sens symbolique personnel.

Site : www.jf-veillard.com

E-mail :

L'œuvre de Jean-François Veillard est une immense scène de théâtre figurative qui ouvre le rideau sur la folie humaine ; l'endroit révé pour les micro-histoires et les mythes. Jean-François Veillard peint à l'huile sur toile. Il dessine au préalable des croquis avant d'agencer la couleur au pinceau. Son parcours de formation lui apporte une maîtrise du savoir-faire et de la précision qu'il remet ensuite en question.
" Ma peinture est expressionniste, je veux que l'on sente le geste avant tout. "
L'artiste brouille ses miroirs polis et déjoue sa technique trop efficace pour saborder son talent figuratif. Il s'attache au geste plus qu'au précis, à la perspective plus qu'à la morale. C'est l'être humain, la vie, la folie de l'Homme, la chair et ses travers qui l'intéressent. Des personnages fantasques d'aujourd'hui se mélent à des créatures surréalistes issues des fables et légendes d'hier. Un joyeux équilibre dense à lectures multiples où la réalité, la fiction et les différents niveaux de récit s'entrechoquent. On y croise Saint-Georges terrassant le dragon, Saint-Antoine succombant aux tentations, quelques auxiliaires de vie ou autres nymphes dénudées, ornées d'un appareil technologique dernier cri. La structure narrative souligne l'achronie. Elle entraîne la présence de ces personnages à la chair bouffie, parfois sanguinolente, saisis dans une situation, un lieu non identifié hors du temps. L'instance tragico-comique organise le point de vue dans un esprit Comedia del arte où le masque peut devenir l'élément récurrent. " Mes personnages sont des images que l'on voit partout. Ce sont des personnages anciens mais insérés dans le temps présent. Ils correspondent à des événements actuels et racontent une histoire à plusieurs clés. " Les individus sont presque beckettien, prisonniers de leurs conditions, exposés à la torpeur d'une menace sourde, à la fois drolatique et dramatique. Des animaux ; chiens, chimpanzés, cochons font aussi partie de la farce. Cette mise à l'épreuve frise parfois l'absurde. Les travaux de l'artiste sont des histoires bavardes, des réves fiévreux où tout se transforme et mute. L'argument magistralement neutralisé, se laisse réapproprier par l'inconscient. Il interroge sur sa capacité presque magique de projection. Le bestiaire côtoie quelques vanités, autres témoins d'une certaine magie noire, amusée et dérisoire. La mort est montrée comme le rendez-vous de tous les vivants. Les scénes d'intérieur ouvrent sur l'extérieur par le biais d'une petite fenêtre, systématiquement présente en arrière-plan. Cette porte d'accés vers le mystére, une étrangeté non cloisonnée, renforce le brouillage d'unité de temps et de lieu. Il est certain que la peinture de Jean-Fran¸ois Veillard est joyeuse et profonde. Elle combine librement humour, adaptation de faux sérieux et de réelle réflexion. Elle nous transporte vers une atmosphère fantastique où la déviance incite d'elle-même à transgresser le réalisme.

Publié par Canoline critique

2015 Prix de peinture PH. Marin

2012 Sociétaire de la Fondation Taylor

2011 Membre de l'A.I.A.P. UNESCO
Atelier pressoir en Sud Touraine

1988 à 2001

Réalisation de décors pour le cinéma, théâtre, événementiels, fresques monumentales publicitaires dans différents ateliers
Réalisation de fresques chez des particuliers tant en France qu'à l'étranger Membre M.D.F. Médaille d'or au titre des Arts

Depuis 2001 Installé dans son atelier-boutique rue Orfila 1987

Formation à l'Institut supérieur de peinture décorative de Paris Adopte le statut d'artiste indépendant

De 1981 à 1986

Travaille comme retoucheur photo pour la presse.
Co-fondateur d'Art Posté avec Pascal Marmin en 1986

De 1975 à 1980

Étudiant à l'École des Beaux Arts de Paris(ateliers Carron, Jeanclos)

De 1972 à 1974

étudiant à l'École des Beaux Arts d'Orléans Atelier Raymond Humbert






J-F Veillard
Accueil   Les Artistes