HISTOIRE
ET
OBJECTIFS
Les membres-fondateurs, 20 artistes éminents, dont : 
Georges BRAQUE, Roger CHAPELAIN-MIDY, André DUNOYER de SEGONZAC, Marcel GROMAIRE, Marie LAURENCIN, André LHOTE


I - Le CNFAP, ses origines, ses liens :

Le CNFAP, (Conseil National Français des Arts Plastiques) intègre dans son organisation générale, le Comité National Français des Arts Plastiques ; celui-ci est le représentant officiel de la France au sein de l'AIAP* (Association Internationale des Arts Plastiques).
L'AIAP créée en 1954 en étroite collaboration avec l’UNESCO, possède le statut d'ONG - partenaire de l'Organisation des Nations Unies** ; Le CNFAP est naturellement appelé depuis 60 années à le représenter activement au sein de sa Conférence Générale.

II - Le CNFAP d'hier, un peu d'histoire...

Sous l'impulsion de la Direction Générale des Arts et des Lettres du Ministère de l’Éducation Nationale le CNFAP est créé en 1956; il comprend, parmi ses membres-fondateurs, 20 artistes éminents, dont :
Georges BRAQUE, Roger CHAPELAIN-MIDY, André DUNOYER de SEGONZAC, Marcel GROMAIRE, Marie LAURENCIN, André LHOTE...

III - Le CNFAP aujourd'hui :

Le CNFAP regroupe aujourd'hui un très grand nombre d'artistes des arts visuels, ainsi que différentes organisations, institutions, associations et galeries liées à l'art.

Au travers de son programme « DIALOGUES », il contribue, avec efficacité et détermination, aux projets d'échanges avec des organisations artistiques diverses dont les 80 Comités nationaux de l'AIAP, répartis dans le monde. Chaque exposition organisée dans ce cadre, est l'occasion de rencontres et de colloques, sources d'échanges constructifs sur l'Art et la condition des artistes des différents pays concernés.

IV - Le CNFAP, sa vocation et ses objectifs :

  • Promouvoir la coopération internationale dans le domaine culturel, sans aucun parti pris esthétique, politique ou autre, entre les artistes de tous les pays.
  • Améliorer le statut économique et social des artistes tant au niveau national qu’à l’échelle internationale et défendre leurs droits matériels et moraux.
  • Favoriser les expériences artistiques et la réflexion sur les différentes expressions de l’art contemporain et ses origines dans les cultures locales.





* L’AIAP et l’UNESCO : Il faut remonter à la 3e Conférence Générale de l’UNESCO, en 1948, organisée à Beyrouth, pour comprendre les origines de l’AIAP. C’est à cette occasion que le Directeur Général fut chargé de mener une enquête afin de définir la façon dont les artistes pouvaient servir les buts de l’UNESCO, enquête apte à mette également en relief les obstacles, qu’ils soient d’ordre social, économique, et politique qui entravaient le chemin des artistes dans l’exercice de leur art.
En conséquence, en 1952, lors d’une conférence d’artistes tenue à Venise, 21 gouvernements et 48 associations d’artistes représentant 19 pays, se déclarèrent en faveur de la création d’une association internationale de peintres, sculpteurs et graveurs. Un conseil fut constitué, présidé par Gino Severini (Italie), et un secrétariat ouvert à la Maison de l’UNESCO.

En 1954, lors de l’Assemblée Générale plénière de l’Association nouvellement constituée, furent annoncés les grands buts de l’AIAP; 18 pays étaient présents lors de cette Première Assemblée (avec des Comités Nationaux déjà constitués) qui prirent part à ces travaux, ainsi que des observateurs de 22 autres pays. Des artistes tels que Miro, Delaunay, Matta, Calder, Pasmore, Soto, Braque, Hartung, Laurencin, Vasarely, Moore, Lurçat, Masson, et bien d’autres, ont participé à ces travaux et laissé leur empreinte.

** En 2012, le Bureau Exécutif de l’UNESCO a reconnu officiellement l’AIAP comme « ONG partenaire » avec statut de consultation.

Voir : http://unesdoc.unesco.org/images/0021/002150/215084e.pdf

Voir Résolution 36C/108












CNFAP - 9/11, rue Berryer - 75008 PARIS -